Objectif : recueillir 32 000 $ avant le 5 décembre 2018

Historique

Il était une fois… un p’tit lutin.

L’idée des P’tits Lutins de Noël a germé à l’automne 1991 à la suite du décès du frère de Sylvain.

La lutte d’Alain contre le VIH-sida avait été très difficile malgré le soutien constant et privilégié de sa famille. Sylvain se dit alors que l’épreuve devait être encore plus terrible pour ceux qui, surtout pendant les Fêtes, n’ont pas la chance d’être entourés des leurs.

Comment faire – ne serait-ce qu’un petit geste – pour aider les uns et les autres?

Notre lutin répondit à cette question par un geste du coeur. La veille de Noël 1991, il distribua des cadeaux dans deux résidences pour sidéens de Montréal.

L’initiative sembla beaucoup plaire aux malades. Le lutin en tira une grande satisfaction. Il répéta l’expérience pendant six ans sans en parler, même à sa famille ou à ses amis les plus proches.

En 1997, il s’en ouvrit à sa soeur qui lui suggéra d’élargir son geste et de faire appel à la participation de son entourage. Avec l’aide de Guylaine et d’Antoine, il recruta quelques lutins de plus. Le nombre de bénévoles participants et de résidences visitées n’ont pas cessé de croître depuis.

 

Mutation : les Lutins se constituent en Fondation

En novembre 2002, Sylvain résolut de formaliser l’action des P’tits Lutins et d’en assurer la pérennité en constituant un organisme sans but lucratif : La Fondation Les P’tits Lutins est alors «officiellement» née.

La même année, la Fondation a obtenu des autorités fiscales un statut d’organisme de bienfaisance qui lui permet de délivrer des reçus pour fins d’impôts. Ceci lui permit de publiciser ses activités plus largement, notamment par la mise en ligne de son premier site Internet. En 2002, la Fondation a distribué 841 cadeaux aux bénéficiaires de 38 organismes.

Emballage à Brébeuf

L’année 2004 a amené deux grands changements. D’abord, c’était la première année que les Lutins ont tenu leur kiosque au Marché Jean-Talon grâce au soutien du Marché des saveurs du Québec. Depuis lors, il s’agit de notre activité de sensibilisation et de financement principale. Ensuite,  l’emballage a été déménagé au Collège Jean-de-Brébeuf. Ce qui se faisait jusqu’alors de façon artisanale -chez Sylvain par les soirs et plusieurs weekends-  a pu être condensé en un seul weekend dans les spacieux locaux du Collège. Cette année là, le nombre de cadeaux a bondi à 1 798.

Depuis lors, les nombre de cadeaux a dépassé les 3 000 et la Fondation rejoint des hommes, des femmes et des enfants partout au Canada.

Reconnaissance

Au printemps 2008, l’engagement de Sylvain a été reconnu lors du Gala «Hommage aux héros» de la Fondation Farha, une soirée qui récompense «quelques-uns [des]  héros québécois qui, par leurs actions concrètes et nécessaires, combattent sans relâche et de toute leur âme le VIH/SIDA ou les préjugés qui s’y rattachent.»

Nouvelle récompense pour Sylvain au printemps 2010 : le comité de sélection du Concours «Une chance qu’on l’a», de l’émission «C’est ça la vie» à Radio-Canada, l’ont choisi parmi 10 finalistes. Ce concours mettait en lumière l’engagement bénévole soutenu chez les francophones du Canada.

Manon - engagement bnévole 2014 DesjardinsEn février 2014, l’engagement bénévole de la lutine Manon a été récompensé par un Prix Fondation Desjardins – Engagement bénévole.

À l’hiver 2014 également, Sylvain a été parmi 10 finalistes au titre de Bénévole Gens de coeur 2014, concours organisé par Radio-Canada et la Financière Manuvie.